L’homoSEXualité dans tous ses états


Carnet-sexualité_serif - coverOn pense généralement que l’humanité n’est composée que de femmes et d’hommes ; c’est la très grande majorité des cas, mais on ne peut négliger des exceptions, des « états intermédiaires » rarissimes ou plus courants. Physiologiquement, il y a les hermaphrodites qui comportent des éléments féminins et masculins ; parfois la présence simultanée des deux sexes, parfois une morphologie générale du corps tenant de l’un mais les organes tenant sexuellement de l’autre. Psychologiquement, il y a aussi des femmes et des hommes quant à l’anatomie, mais qui se sentent du sexe opposé dans leur esprit, et réalisent leur « genre » par un travestisme permanent, voire par des réadaptations chirurgicales permettant leur transsexualité.

Voici pour ce qui est du sexe proprement dit, qu’en est-il maintenant de l’orientation sexuelle ? Celle-ci est distincte du sexe. Comme on croit souvent que l’humanité n’est faite que d’hommes et de femmes, on croit également souvent qu’en matière d’orientation sexuelle, il n’y a que des hétérosexuel-le-s et des homosexuel-le-s des deux sexes. Mais là aussi, c’est une simplification car il existe également des « états intermédiaires » dont le principal est la bisexualité, peut-être quantitativement plus répandue que les homosexualités masculines et féminines « pures et dures » et exclusives. Il y a une bisexualité « généralisée » où une personne est en permanence capable de désir sexuel pour des partenaires de son sexe aussi bien que du sexe opposé. Il y a des bisexualités relatives, avec homosexualité ou hétérosexualité « dominante » mais non exclusive. Un homme principalement homosexuel peut ainsi très bien devenir un mari et père de famille exemplaire, et la proportion de lesbiennes mères est très importante. Enfin, l’orientation sexuelle peut varier au cours de la vie (« virages de cuti »), ou selon les circonstances (homosexualité carcérale, militaire…) et les opportunités.

Les lectrices et lecteurs s’étonneront peut-être qu’après avoir mis en évidence la multiplicité des « genres » et orientations sexuelles, nous ayons pris le parti de présenter séparément l’homosexualité féminine et masculine. S’il existe des points communs, notamment pour ce qui est du militantisme et des revendications, et si les jeunes générations répugnent de plus en plus aux compartimentages et collages d’étiquettes, la réalité lesbienne et celle des gays masculins reste différente à bien des égards. C’est surtout le cas pour les lieux de sortie, les expressions et l’« iconographie ». Les lecteurs et lectrices pourront d’ailleurs se faire leur propre idée des analogies et des différences par la lecture comparée de ces deux parties.

Commander cette publication.

Laissez un commentaire