Mon fils, ma fille est homo, qu’est-ce que ça change ?


Les prémices Il se fait que, sans se concerter, les équipes de Tels Quels et d’Ex Æquo travaillaient à la rédaction d’une brochure destinée aux parents d’enfants gays et lesbiens. Pour Tels Quels, il paraissait clair que notre précédente édition, publiée il y a plus de dix ans, était dépassée. D’abord, épuisée depuis longtemps, nous ne la distribuions plus que sous forme de photocopies ; ensuite, son vocabulaire et son approche devaient être revus en profondeur. Elle s’inscrivait très logiquement en 2009, dans notre programme de publication d’outils pédagogiques, après l’édition, l’an dernier, de la brochure consacrée à l’adoption par les couples gays ou lesbiens. Pour Ex Aequo aussi, elle était une suite logique à ses dernières publications fondées sur l’analyse que les gays et les lesbiennes ne vivront une sexualité protégée que s’ils la vivent sereinement. Après s’être adressée aux jeunes (avec “Garçons entre eux” et “Filles entre elles”), l’association de prévention voulait tout aussi logiquement, se tourner vers leurs parents pour les aider à mieux comprendre leur enfant, partant à recréer un cercle familial plus serein, plus structurant. D’en avoir discuté un jour par hasard, il nous parut évident que nous devions la réaliser ensemble, d’abord, parce que nous n’allions pas en éditer deux ; ensuite, parce que cette mise en commun de nos énergies ne pouvait qu’aboutir à un bouillonnement d’idées complémentaires… c’est bien ce qui est arrivé. L’enquête préliminaire

Mais que dire à ces parents ? Savions-nous bien comment il fallait leur parler, leur écrire, quelles étaient les questions qu’ils se posaient ? Dans un premier temps, Ex Aequo suscita un appel à témoignages qui permit de lire des parents qui exprimaient certains desiderata, certaines détresses, certains besoins. Ensuite, ces premières impressions furent discutées avec “nos” parents, autour de Danielle Delande, l’administratrice du Groupe Parents de Tels Quels. Avec eux, nous avons pu confronter les premiers résultats aux questions qu’ils avaient rencontrées durant leur parcours personnel ou leurs accueils d’autres parents. Et puis, nous avons eu la chance qu’un étudiant en sociologie de l’ULB nous sollicite pour son travail de stage. Nous l’avons immédiatement mis sur le coup. Il a analysé nos résultats, revu les parents et nous a pondu un profil intéressant de ce que les parents pouvaient attendre en termes d’infos, de réponse à certaines questions, d’apaisement par rapport à certaines craintes… Premiers pas de la rédaction

Il ne restait plus qu’à mettre cela en prose. C’est là que notre collaboration a porté sans doute le plus ses fruits, en montrant d’abord nos différences : différences d’approche des questions posées, sans doute, plus pragmatique du côté de Tels Quels, plus réfléchie côté Ex Aequo, différences aussi de vocabulaires pour désigner ce que nous sommes, ce que nous ressentons, notre parcours… à force de travailler ces questions quotidiennement, nos deux équipes ont développé leurs propres jargons, leurs dialectiques, leurs images de référence et leurs symboliques.

Bien obligés de les concilier, nous avons pu les interroger sur leurs pertinences respectives lorsque l’on s’adresse aux parents qui, fatalement, y sont totalement étrangers et, sans aucun doute, atteindre ainsi une rédaction plus claire, plus fluide, plus accessible pour les lecteurs qui découvrent notre communauté et qui forment le groupe cible de cette brochure.

Les choix de l’image Au-delà des mots, l’image s’est révélée aussi porteuse de symboliques différentes selon les deux équipes, mais aussi de nouveaux questionnements. Comment représenter la parenté d’enfants homos alors que l’on s’évertue à dire que cela n’est pas marqué sur notre front ? Après plusieurs essais qui ne nous réunissaient guère et qui désespérèrent notre graphiste, on finit par s’accorder sur l’idée que l’attente principale de nos parents, au bout du compte, était de nous voir heureux et que ce bonheur fondé sur la relation homosexuelle devait être l’image qu’ils retiendraient de leur lecture de notre livret. Il s’ensuit une édition d’une grande fraîcheur, aérée, où le bonheur d’être à deux, entre filles ou garçons, est présent dans tous les chapitres. Certes, nous répondons à des questions graves, mais l’œil est toujours attiré par cette marque de bonheur, de joie de vivre… réjouissante en somme.

Cette publication est gratuite.
Commander cette publication.

DOSSIER_PARENTS_page_1