Yo soy la felicidad de este mundo


Emiliano regarde sa vie avec ses yeux de réalisateur, un mélange de réalité objective et de processus de création artistique. L’histoire qu’il filme se mêle à sa vie quotidienne jusqu’à ce que son monde soit piégé par le viseur de sa caméra. Confus, toujours seul face à un écran devenu une réalité transfigurée, mais en même temps un espace mesurable, contrôlable et manipulable, il écoute en boucle une chanson. Une de ces chansons que l’on chante ou répète comme une litanie et qui force à se souvenir, à croire et à convaincre.

De Julian Hernandez

Mexique, 2014, drame, 122’, espagnol, ST français

Laissez un commentaire